Guinée/accidents de circulation: l’OGC dresse le bilan alarmant des cas d’accidents

Guinée/accidents de circulation: l'OGC dresse le bilan alarmant des cas d'accidents

Vu l’ampleur des cas d’accidents qui sont enregistrés du jour au lendemain en Guinée, un point de presse a été animé ce lundi 27 août 2018 par L’Organisation Guinéenne de la Citoyenneté  »OGC » pour parler de la problématique liée aux accidents de la circulation en général, cas spécifique des taxi-motos dans la région de Conakry.

Ce rapport fait suite à une série d’enquête dans certains centres hospitalo-universitaires, des centres de santé communautaires et les commissariats centraux de la place afin d’attirer l’autorité au haut niveau à prendre des précautions idoines sur ce problème.

Ces enquêtes qui se sont déroulées au CHU de Donka, d’Ignace Deen, du CSC de Ratoma, de Matam et des commissariats centraux de Ratoma, Dixinn, Matoto et Matam révèlent que « au CHU Ignace Deen : du 1er janvier au 31 décembre 2017, chez les hommes de 25 à 60 ans, 115 décès sur 450 accidents. Chez les femmes de 18 à 35 ans, 80 décès sur 435 accidents. Chez les enfants de 1 à 10 ans, 0 cas de décès sur 105 accidents pour un total de 185 décès sur 990 accidents enregistrés. Au CHU de Donka : du 1er janvier au 30 juin 2018 on a enregistré 934 accidents (voie publique) dont 707 cas de motos avec un dépôt de 25 corps. Au  CSC de Ratoma : du 1er février au 30 juin 2018,  1021 accidents autos et motos enregistrés pour un total de 2723 accidents dans l’intervalle de 1 à 6 mois. Au CSC de Matam : du mois de mai au mois de  juillet 2018, 58 cas d’accidents dont 0 décès avec un total de 128 cas d’accidents auto-moto. Au commissariat central de Bonfi (routière) de 2012 à 2018, 67 cas d’accidents entre moto-moto et 161 cas motos-autos avec total de 228 accidents.  Au service de sécurité routière de Matoto : du 1er au 31 décembre 2017, 13 cas d’accidents. A Ratoma : du 1er au 31 juillet 2018, 12 cas enregistrés dont 1 cas de décès » annonce Saliou Keïta responsable de projet.

Pour freiner cette situation qui met nombreuses femmes en état de veuvage, l’OGC par la voix de monsieur Keïta propose « la formation des chauffeurs de motos-taxi, la réglementation de ce secteur, la fixation d’un tarif de transport par tronçon, revoir l’âge moyen habileté à conduire les motos-taxis… » Lance-t-il.

Pour le cas du commissariat central de Dixinn, selon le responsable de projet, l’autorité de ce service n’a pas facilité l’accès à la collecte des données et statistiques concernant le bilan des accidents de circulation.

Mansaré Naby Moussa depuis Conakry pour Madaliouradio +224 666-144-250

À ne pas rater !
Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez toute l'actualité directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.