Guinée/Conakry: une campagne des 16 jours d’activisme lancée contre les violences faites aux femmes et filles

Guinée/Conakry: une campagne des 16 jours d’activisme lancée contre les violences faites aux femmes et filles

Guinée/Conakry: une campagne des 16 jours d'activisme lancée contre les violences faites aux femmes et filles

La campagne des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et filles a été lancée à Conakry par le ministère de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance (MASPE) ce lundi 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.


Cette campagne d’éducation et de sensibilisation qui démarre aujourd’hui  prendra fin le 10 décembre 2019, journée internationale des droits de l’homme est sous le thème  » orangez le monde: la génération égalité s’oppose au viol  » et utilise la couleur orangée comme symbole des violences faites aux femmes.


Kadiatou Konaté du club des jeunes filles leaders de Guinée.

À cette occasion, les associations pour la lutte contre les violences faites aux femmes interpellent les autorités à l’application des lois en vigueur « On a beaucoup fait focus sur ce qui ont été déjà fait, les actions qui ont déjà été menées, maintenant on se demande où nous en sommes? Où nous allons? Pourquoi nous sommes jusqu’à présent là.  Madame la ministre de l’action sociale qui était là tout à l’heure a parlé d’une nouvelle loi. L’objectif ce n’est pas avoir une nouvelle loi, mais c’est comment respecter les lois qui sont en vigueur. On a assez de belle loi, on a le Code pénal, le code de l’enfant, la convention relative aux droits de l’enfant, nous avons tout cela chez nous mais malheureusement rien ne bouge »lance Kadiatou Konaté du club des jeunes filles leaders de Guinée.


Guilavogui Marie Aminata membre de l'association change et protection.

Par ailleurs, d’autres participantes au lancement de cette campagne réclament la mise en fin de cette pratique « ce que nous réclamons c’est de se battre pour nos sœurs de ne plus subir cette pratique, parce que nous, nous avons été victimes de cela. C’est cela notre engagement, notre dévouement et nous lançons cet appel aux parents » réclame Guilavogui Marie Aminata membre de l’association change et protection.

Selon l’Office de protection genre, enfance et mœurs (OPROGEM) pour le premier trimestre 2019,119 cas de viols à l’égard des femmes et filles ont été enregistrés, dont 116 déférés devant nos tribunaux. Environ 39 viols au moins par mois.

Mansaré Naby Moussa pour madaliouradio 628-820-256

À ne pas rater !
Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez toute l'actualité directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.