Guinée : Dubreka, Les paysans de Tanènè Bouramayah confrontés à des inondations dans les plaines propices à l’agriculture

Guinée : Dubreka, Les paysans de Tanènè Bouramayah confrontés à des inondations dans les plaines propices à l’agriculture

Le District de Koubia dans la sous-préfecture de Tanènè dispose des plaines propices à l’agriculture. Homme et Femme pratiquent les cultures céréalières, des fruits et légumes mais les périmètres sont souvent inondés. Conséquences, les locateurs des parcelles subissent de lourdes pertes.

Guinée : Dubreka, Les paysans de Tanènè Bouramayah confrontés à des inondations dans les plaines propices à l’agriculture 1
 
La plupart des femmes du District de Koubia dans Tanènè Bouramayah pratiquent le maraichage sur des plaines. Dans ces plaines, malgré les multiples tentatives d’irrigation, ces femmes restent toujours confrontées à des cas d’inondation de leur culture. Kadiatou Sylla maraîchers explique : « on n’a de bonne terre ici, on n’a le courage. Les blancs sont venus ici pour aménager la plaine mais ils n’ont pas réussi l’irrigation. A la saison des pluies, on ne peut pas travailler par ce que l’eau stagne dans les casiers. Quand tu sème la plante n’évolue pas comme tu le souhaite. Cela nous inquiète. On plante du gombo, du piment de l’aubergine presque tout genre de légume ».
 
Guinée : Dubreka, Les paysans de Tanènè Bouramayah confrontés à des inondations dans les plaines propices à l’agriculture 2
Dans cette localité, beaucoup de producteurs viennent louer des casiers pour les mettre en valeur. Les frais de location varient en fonction des superficies. Mais à cause des inondations, les récoltes sont parfois compromises. Cheick Amadou Diaby paysans explique les problèmes récurrents : « on n’a des problèmes. Pour une parcelle de trois casiers on loue à un million de franc guinéen. Pour sept casiers, ça nous coûte jusqu’à sept millions de francs guinéen. Parfois, quand tu travailles et que l’eau gâte, tu n’as plus où travailler. Même dans ce cas de figure, tu payes l’argent de la location. Difficilement tu trouves l’argent pour trois mois de consommation. Nous demandons qu’on nous aide à avoir du crédit adapter aux agriculteurs par ce que cela nous manque ».
 

Les plaines de Koubia s’étendent de Touguibadé à Bouramayah Tafory. Beaucoup de paysans rencontrés plaident pour leurs aménagements. Ceux pour favoriser la production agricole en toute saison.

Mamadou Aliou Barry pour Madaliouradio

 

À ne pas rater !
Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez toute l'actualité directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.